Depuis 2010, les assistants maternels agréés ont la possibilité de se regrouper et d’exercer leur métier en dehors de leur domicile, dans des locaux appelés “Maisons d’assistants maternels” (MAM). Même si leur part dans l’offre d’accueil reste faible pour le moment, elles sont en plein essor. Mais, entre des projets de création qui n’aboutissent pas et des MAM qui s’éteignent rapidement, la question de la professionnalisation est posée depuis plusieurs années.

Le saviez-vous ?

IPERIA a lancé en janvier dernier, en Gironde, la première expérimentation du CQP « Travailler en MAM » grâce à l’engagement du Conseil départemental et l’appui de deux organismes de formation. 

Qu'est-ce qu'une MAM ?

Une maison d’assistants maternels permet à quatre assistants maternels au plus d’accueillir chacun un maximum de quatre enfants simultanément dans un local garantissant la sécurité et la santé des enfants. Pour pouvoir exercer dans une MAM, chaque assistant maternel concerné doit être titulaire d’un agrément spécifique délivré par le Conseil départemental. Au même titre que pour l’accueil à domicile, il est salarié du parent qui l’emploie.

Cette nouvelle formule d’accueil est généralement créée par des assistants maternels souhaitant exercer différemment leur métier ou rompre l’isolement de l’exercice à domicile. Concrètement, la solution alternative de l’accueil en MAM comporte plusieurs avantages :

  • Pour les enfants : des espaces de jeux et des possibilités d’expérimentation des liens sociaux plus importants.

  • Pour les parents : une amplitude horaire plus importante, une souplesse de l’accueil et une possibilité de délégation d’accueil permettant les remplacements et par conséquent, une continuité d’accueil sur un même lieu.

  • Pour les assistants maternels : une externalisation de leur travail hors de leur domicile, comprenant un partage des compétences et un travail en équipe.

pexels-cottonbro-3662839
pexels-cottonbro-3661353

Expansion des MAM

Dès 2005, les premières MAM voient le jour en Mayenne grâce à une collaboration étroite entre les services départementaux, la Caf et les acteurs associatifs. En 2010, une loi portant sur la création des MAM et sur diverses dispositions relatives aux assistants maternels autorise la création de ces structures sur l’ensemble du territoire.

C’est ainsi que de nombreuses MAM fleurissent dans l’Hexagone« Elles sont plébiscitées par les parents et elles attirent le public d’assistants maternels en offrant une modalité de travail qui rompt avec l’isolement au domicile. Elles constituent également une offre d’accueil complémentaire sur les territoires qui répond au maillage territorial souhaité par les acteurs publics. Les MAM sont particulièrement présentes dans les zones rurales. Elles participent ainsi à la dynamique territoriale en offrant une solution de garde attractive et en renforçant l’emploi salarié dans ces bassins », explique Marina Guimaraes Maria, responsable du service relations institutionnelles d’IPERIA.

En 2015, 95 départements disposent de MAM, et parmi eux, 44 en possèdent plus de 10. Ces structures proposent ainsi près de 17 800 places, soit une progression de 32 % en un an.  Cependant, leur développement se fait parfois de manière anarchique et le succès n’est pas toujours au rendez-vous. En 2016, les acteurs publics prennent conscience de la nécessité d’accompagner le développement des MAM et proposent plusieurs outils à cet égard :

Ce qu'il faut retenir

  • La question de la professionnalisation fait l’unanimité depuis plusieurs années. Tout le monde s’accorde à dire que le développement des MAM doit être accompagné afin de pouvoir renforcer la qualité de l’accueil des enfants et favoriser la pérennisation des structures.  

Source : Ipéria

Découvrez nos formations Petite-Enfance, labélisées IPERIA.