La France et les autres pays ayant adopté le système graphique comme référence pour l’étiquetage nutritionnel complémentaire se sont alliés pour faire gouvernance commune. Une façon d’inciter la Commission européenne à le rendre obligatoire en face avant des emballages.

Le saviez-vous ?

La France a développé et adopté le Nutri-Score en octobre 2017. Par la suite, la Belgique a choisi le Nutri-Score en avril 2018, l’Espagne a annoncé son intention d’utiliser ces système en novembre 2018, l’Allemagne et la Suisse en septembre 2019, les Pays-Bas en novembre 2019 et le Luxembourg en 2020.

Système d'étiquetage nutritionnel

Sept pays (Belgique, France, Allemagne, Luxembourg, Pays-Bas, Espagne et Suisse) ont déjà adopté le Nutri-Score comme système d’étiquetage nutritionnel simplifié (d’apposition volontaire). Ils ont mis en place un mécanisme de coordination transnationale pour faciliter son utilisation sur la face avant des emballages

En effet, un effort de concertation et de co-construction, qui pourrait servir de socle à une utilisation harmonisée à l’échelle européenne. Et qui intervient à un moment clef. La Commission européenne étant en train de préparer le terrain à un cadre réglementaire imposant un système nutritionnel graphique simplifié en face avant des produits alimentaires. A travers l’accord général signé entre eux, les sept pays concernés soulignent combien le Nutri-Score « est un outil précieux qui peut aider les consommateurs à faire des choix sains. Le système le plus performant pour les aider à comparer les valeurs nutritionnelles au sein d’un groupe d’aliments et entre groupes d’aliments similaires ».

etiquette-1

Ce qu'il faut retenir

  • « Cette gouvernance a pour but de faciliter le déploiement du Nutri-Score grâce au partage d’expérience des premiers pays engagés avec les nouveaux arrivants », indique Anne-Juliette Serry, responsable de l’unité alimentation et activité physique à Santé publique France, dans une communication publiée sur le site Internet de l’établissement public.